Accueil       Mission       Le conseil d'administration       Le bulletin       Documents de références      Enjeux sociaux

La mission de la TROCL

La TROCL est un regroupement d'organismes communautaires autonomes de la région de Lanaudière ayant pour objectif commun de favoriser le changement social. Sa mission est de:

  • Concerter et mobiliser les organismes communautaires autonomes de la région autour d'enjeux communs;
  • Représenter, promouvoir et défendre les intérêts et besoins collectifs de ses membres, tout en préservant leurs acquis, auprès des interlocuteurs régionaux et des instances communautaires nationales;
  • Faire connaître et reconnaître le rôle social des organismes communautaires autonomes de la région;
  • Soutenir le développement des organismes communautaires autonomes par l'échange, l'information, l'éducation et la formation sur les enjeux liés à l'action communautaire autonome.

Les valeurs de la TROCL

Les valeurs sur lesquelles s'appuient nos actions et nos prises de décisions sont les suivantes:

  • L'autonomie: maintenir la liberté d'action des individuEs et des organismes, par l'identification des besoins et par l'autodétermination des moyens pour y répondre. Elle donne toute la place à l'innovation et à la créativité.
  • La démocratie: assurer l'égale participation des membres d'une collectivité au processus de décision qui établira les moyens par lesquels la communauté sera en mesure de se développer. La démocratie prend vie dans l'exercice de la citoyenneté responsable et active qu'il appartient à chacun des organismes communautaires autonomes de développer.
  • L'égalité: véhiculer une conception égalitaire des rapports sociaux en vertu de laquelle les relations entre les intervenantEs et les personnes en besoin d'aide sont axées sur un principe de collaboration et de coresponsabilité, visant la prise en charge des individus et des communautés.
  • L'équité: viser le partage des ressources, c'est-à-dire que, peu importe la localité et le secteur d'intervention, un organisme comparable est en droit de recevoir un financement comparable.
  • La justice sociale: s'assurer d'une répartition équitable des biens et de la richesse collective à toutEs les citoyenNEs. Par l'action d'individus et d'organismes, la TROCL s'engage à lutter contre toutes les formes d'exclusion et de discrimination pouvant nuire à l'égale dignité des personnes et à favoriser une participation de celles-ci à tous les paliers décisionnels. De plus, elle doit exercer son sens critique.
  • L'ouverture: maintenir une attitude favorisant la libre discussion sur des questions d'intérêt commun.
  • Le respect: accepter les réalités et les façons de faire de chacunE malgré les différences d'opinions.
  • La solidarité: s'engager et d'agir collectivement en fonction des intérêts de l'ensemble plutôt que des intérêts individuels, et ce, tant comme citoyenNE que comme intervenantE ou bénévole. La solidarité se traduit aussi entre les organismes eux-mêmes.
  • La transparence: établir des communications claires afin que toute orientation, décision ou procédure soit connue auprès de ses membres. Avoir de franches discussions sur les enjeux qui nous concernent.

Les origines de la TROCL

C'est en novembre 1992 que plus d'une cinquantaine de personnes représentant une quarantaine d'organismes communautaires lanaudois se rencontraient au Vieux collège de St-Jacques. Lors de cette rencontre, l'ordre du jour portait sur la pertinence et la nécessité de former un regroupement régional d'organismes communautaires dans Lanaudière. C'était l'époque de la régionalisation et de décentralisation des pouvoirs vers les régions, principalement dans le domaine de la santé et des services sociaux. Les CRSSS venaient d'être scindés en régies régionales de la santé et des services sociaux, les assemblées régionales étaient formées. Bref, pour plusieurs d'entre-nous, il devenait essentiel de se doter d'une force de représentation régionale.

Les discussions et échanges entre les participants à cette rencontre, que nous pouvons maintenant qualifier d'historique, menèrent à l'élaboration d'un questionnaire qui permettrait de sonder l'opinion des groupes communautaires au sujet de la mise sur pied d'un regroupement régional. Dès le début de 1993, on procédait à l'analyse des suggestions concernant la composition du regroupement ainsi que du type de représentation que l'on y retrouverait.

C'est donc de la volonté même des groupes communautaires qu'est né ce qui devait devenir la TROCL. Le mode de représentation privilégié et la composition du conseil d'administration actuel témoignent encore de la volonté des instigateurs de ce regroupement de permettre aux groupes communautaires de toutes les catégories et de l'ensemble des MRC d'y être entendus.

C'est à cette époque que fût nommé le premier comité représentatif de la TROCL. Ce comité, bien que non légalement constitué, s'est réuni régulièrement et dès lors, l'ensemble des dossiers concernant le communautaire dans la régionalisation des services de santé et des services sociaux ont été traités et les représentations ont été faites. Puis, de fil en aiguille, en février 1995, la TROCL était légalement constituée en corporation.

Depuis les débuts, la TROCL a traité des dossiers qui, dans une très large proportion, se situaient dans le champ précis de la santé et des services sociaux. Dès 1994, la TROCL était considérée comme l'interlocuteur privilégié de la régie régionale de la santé et des services sociaux en ce qui a trait à l'ensemble des dossiers pour la reconnaissance des organismes communautaires par le conseil d'administration de la régie régionale de la santé et des services sociaux de Lanaudière en octobre 1995.

Le portrait et la tenue des états généraux en mars 1998 vinrent apporter des éléments nouveaux concernant le mouvement communautaire et ses structures de concertation. De ces états généraux, des commandes claires étaient apportées afin que nous participions à revoir et analyser la pertinence et le fonctionnement de nos structures de concertation, à tous les niveaux. Il était ressorti que nous devions définir et redéfinir nos contributions et nos buts à la concertation en en respectant les organismes communautaires tout en intégrant l'ensemble des organismes dans un mouvement solidaire afin de devenir des meilleurs agents de changements sociaux.

C'est donc dans ce cadre plus large que le questionnement relié à la définition d'un organisme communautaire et du membership de la TROCL s'inscrit. Il serait futile de faire l'exercice en vase clos sans tenir compte du fait que, peu importe le résultat de la démarche entreprise lors de ce colloque, il aura un impact sur l'ensemble du mouvement communautaire dont nous faisons partie.

Les 27, 28 et 29 janvier 1999, les membres du conseil d'administration de la TROCL ont tenu un colloque. Le but de cette rencontre était d'en arriver à une proposition sur la définition et le statut d'un organisme communautaire et de définir le membership de la TROCL. Il s'agissait pour l'ensemble des représentants de catégories et de MRC de même que les élus au collège communautaire au C.A. de la régie régionale, de faire les discussions préalables et de formuler une proposition sur ces sujets.

Une proposition en faveur de la restriction du membership de la TROCL au domaine de la santé et des services sociaux fut soumise aux organismes communautaires membres de la TROCL, lors d'une assemblée générale spéciale tenue le 12 mai 1999. Toutefois, les organismes communautaires ont alors opté, majoritairement, pour une TROCL « large », visant à regrouper plusieurs secteurs d'intervention et non seulement le champ de la santé et des services sociaux. De plus, les organismes ont déterminé, à ce moment, les qualités requises pour être membre de la TROCL.

Suite à cette décision, les travaux subséquents se sont soldés par l'abolition de la Commission des groupes communautaires du Conseil régional de développement Lanaudière (C.R.D.L.). Conséquemment, la TROCL est devenue l'organisme « structurant » auprès de cette instance, c'est-à-dire la structure officielle représentant le milieu communautaire lanaudois.

 

  © COPYRIGHT AIBAQ 2006-2009. TOUS DROITS RÉSERVÉS.